Le saint jour de Pâques : la représentation du Sépulcre

Au petit matin de Pâques, le chœur de la cathédrale d’Amiens était autrefois le théâtre d’une vielle coutume liturgique que l’on appelait la Représentation du Sépulcre. Son existence est attestée par le Livre ordinaire du chapitre rédigé en 1291. Tombée en désuétude à l’époque moderne, elle fut totalement abolie en 1741.

Le saint jour de Pâques, entre matines et laudes, deux chapelains revêtus de la chape blanche, la tête couverte de l’amict, contrefaisant les Marie, entraient par la grand porte du chœur avec un encensoir fumant, en chantant Quis revolvet nobis lapidem (Qui nous roulera la pierre) et marchaient pour aller à l’autel sur lequel était placée une boîte en forme de sépulcre. De chaque côté de l’autel étaient assis deux enfants de chœur en aubes, représentant les anges qui leur demandaient Quem queritis ? (Qui cherchez-vous ?) Les deux Marie répondaient Jhesum Nazarenum (Jésus le Nazarénien) ; découvrant le sépulcre les anges répliquaient Non est hic (Il n’est pas ici). Après avoir découvert le sépulcre vide, les Marie revenaient au chœur en chantant à haute voix Christus resurgens de mortuis (Christ est ressuscité des morts) et ensuite l’évêque entonnait le Te Deum. A la fin des laudes l’évêque donnait la bénédiction disant Resurrexit Dominus (Le Seigneur est ressuscité), à quoi chacun répondait Gaudeamus (Réjouissons-nous).

Les Chroniques de l’Archiviste – Aurélien André
25 – Le saint jour de Pâques
Date

7 août 2019

Category

Les Chroniques de l'Archiviste, Visiter la cathédrale Notre-Dame d'Amiens

Write a comment:

*

Your email address will not be published.